Vous êtes ici :
POUR UNE LOI MODERNE SUR LA NATIONALITÉ. 50 ANS D'ÈRE SCHWARZENBACH, ÇA SUFFIT !

POUR UNE LOI MODERNE SUR LA NATIONALITÉ. 50 ANS D'ÈRE SCHWARZENBACH, ÇA SUFFIT !

lossy-page1-800px-Plakate_Überfremdungsinitiative_-_ETH-Bibliothek_Com_L23-0739-0002-0009.tif
En 1970, les électeurs suisses ont rejeté de justesse l'initiative Schwarzenbach. Néanmoins, elle a façonné le discours xénophobe sur les étranger-e-s et la naturalisation depuis lors.

En 1970, l'électorat suisse rejeta de justesse l'initiative Schwarzenbach. Néanmoins, elle a depuis façonné le discours xénophobe sur les étrangers : intérieur et naturalisation. L'Aktion Vierviertel veut mettre un terme à cette hégémonie arriérée.

L'année dernière, c'était le cinquantième anniversaire du rejet catégorique de l'initiative Schwarzenbach contre « l'infiltration étrangère ». Dans de nombreux endroits, leur échec à l'époque est interprété comme le signe d'une Suisse plus humaine, qui aurait finalement fait entrer dans le pays des « gens » et pas seulement des « travailleurs ».

À deuxième vue, cependant, il n'y a pas grand-chose à célébrer. Il est vrai que la Suisse s'est énormément enrichie dans l'héritage des travailleurs invités de l'époque : économiquement, culturellement, socialement et, pourquoi pas, culinairement, et est devenue une société globalement plus ouverte et diversifiée. Malgré le rejet du référendum, l'Initiative Schwarzenbach a fondamentalement et durablement changé la politique suisse. Les travailleurs invités étaient souvent placés sous la suspicion générale et soumis à des pratiques plus restrictives, beaucoup ont été littéralement invités à quitter le pays lorsque la crise pétrolière de 1973 a éclaté et les réglementations de naturalisation ont été progressivement renforcées. Pire, les idées populistes de droite xénophobes sont devenues socialement acceptables et ont façonné de manière décisive le discours politique au cours des cinq dernières décennies.

Un triste résultat de ce développement est la société politique à deux classes qui existe aujourd'hui. Près des trois quarts de la population, souvent à peine les deux tiers dans les villes, décident des affaires politiques, par exemple déterminer comment nos écoles doivent fonctionner ou combien d'impôts nous devons payer. Dans le même temps, plus de deux millions de concitoyens qui n'ont pas le passeport rouge sont directement concernés par toutes les décisions, mais sont exclus de la participation active à notre démocratie directe. Dans la vie de tous les jours, ils nous rencontrent comme des collègues de travail, des amis, des connaissances qui participent activement à la vie sociale, culturelle et économique et paient leurs impôts. Mais si nous regardons autour du vote dimanche, regardons les parlements ou les exécutifs, ils ne sont pas là. Ils en sont exclus à moins qu'ils ne maîtrisent les nombreux, longs et coûteux obstacles du processus de naturalisation. Ces obstacles sont particulièrement difficiles à surmonter pour les personnes qui doivent changer de lieu de résidence ou de canton en raison de leur travail, de leur apprentissage ou d'autres raisons. 

En 2019, notre seul pays a connu un essor progressif : les femmes, les jeunes et les questions environnementales ont fait des progrès décisifs. 2021 doit marquer la fin de l'ère Schwarzenbach. 50 ans, c'est plus que suffisant ! Notre société et notre démocratie directe ne peuvent plus se permettre la société politique à deux classes existante. Nous avons besoin de tous les esprits pour maîtriser l'avenir ensemble. Il est temps de repenser radicalement la naturalisation de nos concitoyens jusque-là exclus : à l'intérieur ! Il est temps pour un large mouvement citoyen qui adapte enfin nos droits civiques poussiéreux et réactionnaires à notre réalité vécue ! Il est temps pour un droit fondamental à la naturalisation !

Share on facebook
Share on twitter