POUR UN NOUVEAU MODELE SOCIAL

À trois reprises, Yllka Gashi a demandé un passeport suisse à Hochdorf (LU) - à trois reprises, sa demande a été rejetée. La jeune femme de 33 ans, dont le cas a été récemment rapporté dans le "Tages-Anzeiger", a passé plus des deux tiers de sa vie ici.

Yllka Gashi a demandé le passeport suisse à trois reprises à Hochdorf (LU) - sa demande a été rejetée à trois reprises. La femme de 33 ans, sur le cas de laquelle le "Tages-Anzeiger" a récemment rapporté, a passé plus des deux tiers de sa vie ici. Elle allait à l'école et à l'église le dimanche en tant qu'enfant de chœur ; elle a étudié et a commencé à travailler comme avocate ; elle a assisté au carnaval et à la fête du 1er août avec ses deux enfants. Pour la commission de naturalisation, devant laquelle Gashi a dû se présenter sept fois, cela n'a apparemment pas suffi : « Trop peu intégré », a-t-on dit dans un premier temps, puis plus tard qu'il y avait des doutes quant à savoir si le centre de vie de la jeune femme était Hochdorf à tous.

Le cas d'Yllka Gashi est peut-être particulièrement flagrant. Ce n'est pas unique. Environ un quart de la population exclut actuellement la Suisse de la citoyenneté - et donc de la démocratie. Les gens qui sont nés ici, bien sûr, ont le sentiment d'appartenir ici et les considèrent comme faisant partie de la société. Ceux comme Gashi vivent en Suisse depuis des années, y travaillent et paient des impôts, ont des amis et des collègues, sont dans des clubs de sport ou sont politiquement actifs. Un changement de paradigme est nécessaire pour contrer cette injustice ! 

L'année dernière, des personnes de la société civile se sont réunies pour traiter professionnellement et en privé de questions relatives à la migration et à l'égalité de participation, à la démocratie et à la politique. En tant qu'Aktion Vierviertel, nous voulons remédier aux déficits de la démocratie suisse : en œuvrant pour que chacun reçoive la citoyenneté après quatre ans et puisse ainsi devenir membre à part entière de la vie politique et sociale. Et parce que les enfants nés ici, dont les parents sont domiciliés en Suisse à leur naissance, deviennent automatiquement citoyens. 

La voie vers une participation pleine et égale est la naturalisation : le droit de participer aux élections et aux votes, à une résidence sûre et - surtout - le droit d'être reconnu en tant que membre à part entière de la communauté. L'origine d'une personne, ses convictions idéologiques, sa religion et sa position sociale ne doivent pas jouer un rôle pour les droits civiques. Personne ne doit « gagner » sa citoyenneté en s'adaptant. La procédure d'aujourd'hui vise une prétendue "sélection" et est basée sur le soupçon que quelqu'un pourrait exiger quelque chose qui n'est pas son droit - comme le montre de manière impressionnante le cas d'Yllka Gashi. Il ne doit pas y avoir de place pour cette attitude en Suisse aujourd'hui. 

Sur les huit millions d'habitants que compte la Suisse, deux millions n'ont pas de passeport suisse. Alors que la diversité fait depuis longtemps partie de la vie quotidienne, les opportunités et les droits sont inégalement répartis. Parce que cela cause de grands dommages à la démocratie, nous avons besoin d'un nouveau projet de société. C'est ce pour quoi Aktion Vierviertel veut militer.

Share on facebook
Share on twitter
En savoir plus

POUR UNE LOI MODERNE SUR LA NATIONALITÉ. 50 ANS D'ÈRE SCHWARZENBACH, ÇA SUFFIT !

En 1970, les électeurs suisses ont rejeté de justesse l'initiative Schwarzenbach. Néanmoins, elle a façonné le discours xénophobe sur les étranger-e-s et la naturalisation depuis lors.

En 1970, l'électorat suisse rejeta de justesse l'initiative Schwarzenbach. Néanmoins, elle a depuis façonné le discours xénophobe sur les étrangers : intérieur et naturalisation. L'Aktion Vierviertel veut mettre un terme à cette hégémonie arriérée.

L'année dernière, c'était le cinquantième anniversaire du rejet catégorique de l'initiative Schwarzenbach contre « l'infiltration étrangère ». Dans de nombreux endroits, leur échec à l'époque est interprété comme le signe d'une Suisse plus humaine, qui aurait finalement fait entrer dans le pays des « gens » et pas seulement des « travailleurs ».

À deuxième vue, cependant, il n'y a pas grand-chose à célébrer. Il est vrai que la Suisse s'est énormément enrichie dans l'héritage des travailleurs invités de l'époque : économiquement, culturellement, socialement et, pourquoi pas, culinairement, et est devenue une société globalement plus ouverte et diversifiée. Malgré le rejet du référendum, l'Initiative Schwarzenbach a fondamentalement et durablement changé la politique suisse. Les travailleurs invités étaient souvent placés sous la suspicion générale et soumis à des pratiques plus restrictives, beaucoup ont été littéralement invités à quitter le pays lorsque la crise pétrolière de 1973 a éclaté et les réglementations de naturalisation ont été progressivement renforcées. Pire, les idées populistes de droite xénophobes sont devenues socialement acceptables et ont façonné de manière décisive le discours politique au cours des cinq dernières décennies.

Un triste résultat de ce développement est la société politique à deux classes qui existe aujourd'hui. Près des trois quarts de la population, souvent à peine les deux tiers dans les villes, décident des affaires politiques, par exemple déterminer comment nos écoles doivent fonctionner ou combien d'impôts nous devons payer. Dans le même temps, plus de deux millions de concitoyens qui n'ont pas le passeport rouge sont directement concernés par toutes les décisions, mais sont exclus de la participation active à notre démocratie directe. Dans la vie de tous les jours, ils nous rencontrent comme des collègues de travail, des amis, des connaissances qui participent activement à la vie sociale, culturelle et économique et paient leurs impôts. Mais si nous regardons autour du vote dimanche, regardons les parlements ou les exécutifs, ils ne sont pas là. Ils en sont exclus à moins qu'ils ne maîtrisent les nombreux, longs et coûteux obstacles du processus de naturalisation. Ces obstacles sont particulièrement difficiles à surmonter pour les personnes qui doivent changer de lieu de résidence ou de canton en raison de leur travail, de leur apprentissage ou d'autres raisons. 

En 2019, notre seul pays a connu un essor progressif : les femmes, les jeunes et les questions environnementales ont fait des progrès décisifs. 2021 doit marquer la fin de l'ère Schwarzenbach. 50 ans, c'est plus que suffisant ! Notre société et notre démocratie directe ne peuvent plus se permettre la société politique à deux classes existante. Nous avons besoin de tous les esprits pour maîtriser l'avenir ensemble. Il est temps de repenser radicalement la naturalisation de nos concitoyens jusque-là exclus : à l'intérieur ! Il est temps pour un large mouvement citoyen qui adapte enfin nos droits civiques poussiéreux et réactionnaires à notre réalité vécue ! Il est temps pour un droit fondamental à la naturalisation !

Share on facebook
Share on twitter
En savoir plus

POUR UN CONTRÔLE DE LA POLITIQUE DE NATURALISATION - CONTRE LES INTÉRÊTS DE LA SUISSE?

Depuis les années 1980, le Conseil fédéral s'est toujours prononcé en faveur d'un accès facilité à la nationalité suisse pour les personnes de la deuxième et troisième génération. La naturalisation fait partie des intérêts nationaux.
Share on facebook
Share on twitter
En savoir plus

CLOCHES DE VACHE ET PANTALONS DE SURVÊTEMENT : POURQUOI L'INTÉGRATION NE DEVRAIT PAS ÊTRE UN CRITÈRE DE NATURALISATION

Sans intégration pas de passeport suisse. Mais que signifie réellement l'intégration ?

Pas de passeport suisse sans intégration. Mais que signifie réellement l'intégration ? Bien que personne ne le sache vraiment, de nombreuses personnes en Suisse ne sont pas naturalisées en raison d'un « manque d'intégration ». C'est exactement là que réside le problème.

Elle n'est pas intégrée car elle veut abolir les traditions avec son engagement contre la vache et les cloches d'église. Avec cette justification, Nancy Holten s'est vu refuser la naturalisation à Gipf-Oberfrick. De nombreux citoyens suisses souhaitant se faire naturaliser sont rejetés au motif qu'ils ne sont pas, trop peu, ou « pas trop bien intégrés ». On ne sait pas du tout ce que l'on entend exactement par là.

La loi révisée sur les droits civiques, entrée en vigueur en 2018, tient pour la première fois, ce qui montre notamment une intégration réussie, à savoir

a) dans le respect de la sécurité et de l'ordre publics ;
b) dans le respect des valeurs de la Constitution fédérale ;
c) dans la capacité de communiquer à l'écrit et à l'oral dans l'une des langues nationales au quotidien ; et
d) à la participation à la vie économique ou à l'acquisition de l'éducation. 

Enfin, la loi exige également « d'être familier avec le mode de vie suisse ». Jusqu'ici, si vague. Alors qu'un extrait de casier judiciaire (a), un diplôme de langue (c) ou un contrat de travail (d) sont des documents tangibles et des critères plus ou moins objectifs - ce qui ne signifie pas encore qu'ils soient des critères légitimes et proportionnés de naturalisation - le le respect des valeurs de la Constitution fédérale (b) ou la familiarité avec les conditions de vie suisses ne sont pas si faciles à mesurer et à évaluer. 

Intégration où ? 

Quelles sont censées être ces « valeurs de la Constitution fédérale » et les « conditions de vie suisses » ? Tout comme les valeurs des citoyens divergent considérablement dans une démocratie diversifiée, les conditions de vie aussi. Alors, quelles valeurs respecter, avec quelles conditions suisses faut-il se familiariser ? Ou simplement : où aller exactement ? integrieren

On pourrait objecter : En matière de naturalisation, les communautés déterminent ce qu'elles entendent exactement par intégration, comme la connaissance des coutumes et traditions, l'appartenance à une association locale ou les noms des barreaux du village. Alors, quel est le problème quand les communautés savent exactement ce qu'elles entendent par intégration ? 

Cloches de vache et pantalons d'entraînement : le problème de l'arbitraire 

Le premier problème est l'arbitraire. Précisément parce que la loi ne définit pas de manière concluante ce qu'est l'intégration, les communes et les commissions de naturalisation peuvent comprendre tout ce qui est possible - ou plutôt : tout perturbateur - par ceci : Engagement politique contre les cloches des vaches et des églises ? Non intégré ! Vous ne saluez pas dans la rue ? Non intégré ! Se promener dans le village en pantalon d'entraînement ? Non intégré ! C'est bien sûr absurde, et pourtant ces cas ont un système précisément parce qu'il n'y a pas de définition précise de l'intégration. Alors pourquoi le Parlement ne précise-t-il pas simplement ce qu'il entend par intégration ? La réponse est : il ne peut pas. Du moins pas tant qu'il veut être à la hauteur des exigences d'une démocratie libérale fondée sur l'État de droit.

Liberté ou intégration

Car c'est le deuxième problème de l'intégration : les libertés individuelles. Même si les « valeurs de la Constitution fédérale » ne sont nulle part clairement définies, les droits et libertés fondamentaux sont très précis : articles 7 à 36 de la Constitution. Ils s'appliquent également à toutes les personnes en Suisse, quel que soit leur passeport suisse. Alors si les Suisses sont largement libres de choisir comment ils veulent vivre, avec qui et dans quelles circonstances, en pantalon d'entraînement ou non, d'être politiquement actifs ou non, d'appartenir à une religion ou non, d'adhérer à un club ou non - la réponse est toujours la même: oui, cela devrait - alors cela s'applique également aux personnes sans passeport suisse. Et cela nous amène au cœur du paradoxe de l'intégration : de nombreuses exigences et idées d'intégration contredisent l'un des critères d'intégration mentionnés : le respect des droits et libertés fondamentaux individuels de la Constitution fédérale. 

Ce ne peut donc être qu'une condition pour devenir citoyen par naturalisation : dans cette démocratie libérale, c'est renoncer aux libertés fondamentales de cette démocratie et devoir s'adapter. Donc la question en fin de compte est : liberté ou intégration. Et tandis que les Suisses aiment revendiquer le premier pour eux-mêmes, ils exigent le second des futurs citoyens - leur refusant ainsi la liberté, une valeur fondamentale de la Constitution fédérale et du mode de vie suisse.

Share on facebook
Share on twitter
En savoir plus